Théâtre, spectacle et concert pour la « Soirée Tranchante » organisée à la Bluezone

<< Retour

Une plume acérée, des comédiens lyriques, des spectateurs aguerris sur une Bluezone accueillante, tel était le décor offert par la « soirée tranchante » de Souleymane Thianguêl Bah. La liberté d’expression est le socle des écrits de cet auteur de renom qui, sans complexe, passe au peigne fin les fonds culturels de la civilisation guinéenne.  Aucune censure sociale n’entrave ses dires qui jouent volontairement sur la provocation, avec maîtrise et doigté.

soirée tranchante

Thianguêl, le comédien, metteur en scène, enseignant et chroniqueur nous parle de ses écrits satiriques et de cette soirée mémorable.

« Tranchantes chroniques » c’est le titre de votre livre paru chez l’Harmattan Guinée, pourquoi une « Soirée tranchante » sur la Bluezone ?

En Guinée, les gens ne lisent pas beaucoup, ils préfèrent aller au théâtre, voir un spectacle, assister à un concert. La « soirée tranchante » allie ces différentes disciplines artistiques pour inciter les gens à écouter un texte d’une autre façon. C’est aussi une manière d’associer à ma réflexion les artistes qui ont travaillé avec moi depuis plusieurs années.

D’où vous est venue l’idée des chroniques ?

Mes premières chroniques datent de 2003 après un retour en Guinée. J’ai constaté qu’il y avait beaucoup de problèmes dans la gouvernance du pays et j’ai donc décidé d’écrire « Le destin étranglé » publié dans le journal le Lynx. En 2013, mes publications sur ma page Facebook ont retenu l’attention. Une amie m’a conseillé de créer sur ce réseau une page entièrement dédiée à mes réflexions. Suite au succès de la page Facebook, deux radios ont diffusé mes textes.

Pourquoi le choix de la Bluezone ?

Pour avoir une multiplication et une variété d’expression artistique, il faut différents espaces dédiés à l’art. La Bluezone en est un. Elle contribue à l’émergence et à l’effervescence d’une expression artistique. Je voulais permettre à ceux qui me lisent et à ceux qui m’écoutent de découvrir un autre univers et d’avoir une vision différente de mes textes.

 

PARTAGER