L’atelier des handicapés : le chef de projet dresse le bilan

<< Retour

 L’atelier de formation pour les handicapés physiques se poursuit à la Bluezone de Kaloum. Après 6 mois d’apprentissage du métier de cordonnier, le résultat est satisfaisant. Bernard le chef projet, revient sur le courage et les motivations des bénéficiaires de la formation qui se sont surpassés pour devenir autonomes.

atelier des handicapés

Au départ, l’atelier des handicapés physiques comptait quatre apprentis. Aujourd’hui, à travers l’engagement du groupe, l’équipe s’est agrandie « nous sommes maintenant cinq apprenants, ce qui n’est pas très élevé par rapport au nombre d’handicapés dans les rues de Conakry, mais notre objectif est de petit à petit mobiliser un maximum d’apprenants pour sortir les handicapés de la rue » avance Bernard.

Au niveau de la production et de la confection des chaussures, les handicapés rencontrent des difficultés « les matériaux de confection coûtent excessivement cher sur le marché, on a des difficultés pour confectionner davantage de chaussures. Au bout des 6 mois de formation, nous en sommes à 70 paires par mois grâce à un bienfaiteur qui accompagne le projet », poursuit-il.

L’atelier a besoin d’une forte clientèle pour son bon fonctionnement, pour y arriver, il doit produire en quantité et en qualité « les clients viennent nous trouver sur place à la Bluezone, d’autres nous appellent pour faire leurs commandes. Pour le moment le peu que nous gagnons rentre dans l’achat des matériaux et la prise en charge des apprentis », explique-t-il.

Bernard se dit optimiste quant à son avenir et à celui de ses collaborateurs handicapés « nous avons décidé de quitter les trottoirs pour être des entrepreneurs et nous allons y arriver. Nous sollicitons l’aide des personnes de bonne volonté pour nous soutenir et mener à terme ce ‘’grand’’ projet ».

PARTAGER