Alfred lutte contre les mauvaises herbes à la Bluezone de Kagbélen

<< Retour

Alfred Solomou est un agriculteur de métier, qui depuis plus de 10 mois cultive des légumes à la Bluezone de Kagbélen. Il a aménagé à cet effet un grand espace derrière les panneaux solaires pour lutter contre la poussière, les mauvaises herbes, mais aussi rendre attrayants aux yeux des visiteurs le champ photovoltaïque de Kagbélen.

C’est grâce à une formation reçue en Côte d’Ivoire avec un agriculteur burkinabé que Alfred a aimé la terre, « j’ai suivi une formation avec un Burkinabé à Abidjan en 1981, grâce à ces expériences, j’ai commencé à aimer la terre à mon tour » dit-il. À son retour au bercail, Alfred se lance directement dans l’agriculture « dans mon village natal à Lola, j’ai commencé par la culture de la banane aloko, j’avais aussi un champ d’ananas et 2 hectares de plantation d’avocatier. Je tenais également un vaste jardin de potager ou je cultivais de la tomate, de l’aubergine, du gombo que je mettais en vente au Libéria » explique-t-il.

Selon Alfred, il pouvait récolter plus de 40 sacs de 50 kg avec ces potages à Lola, cela est dû à une des techniques qu’il a apprises lors de sa formation en Côte d’Ivoire « pour faire une bonne récolte, il ya des préalables à respecter surtout avec la qualité du sol. Avec ma technique je réussis toujours à produire en qualité et en quantité, ce qui est rare chez les autres agriculteurs. J’utilise un engrais ordinaire, j’évite tout ce qui est produit chimique pour ne pas dégrader le sol.  Je fabrique moi-même mon engrais avec un mélange de mauvaises herbes et de la terre, cette technique s’apprête à toutes les saisons en Guinée », a-t-il expliqué.

À la Bluezone de Kagbélen, Alfred s’occupe de son champ à ces jours de repos, pour lui cet espace lui permet aujourd’hui de subvenir au besoin de sa famille « à la base je suis agent de sécurité à la Bluezone ici, je profite de mes jours de repos pour arroser mes légumes et défricher les mauvaises herbes. À chaque récolte, je fais appel à ma femme, qui s’occupe de la commercialisation du produit fini. Grâce ce travail, je parviens à payer l’école de mes enfants, je gère aussi d’autres problèmes quotidiens à travers ce champ »

Monsieur Solomou n’a pas manqué de dire ‘’merci’’ à la Blueline pour lui permettre de tenir un espace vert à la Bluezone de Kagbélen « je dis merci à la direction des Bluezones, grâce à eux, je suis entrain un rendre un service à la nation, et je demande un accompagnement pour me permettre de mieux tenir le champ et pour tenir propre cet espace ».

PARTAGER