Micro-trottoir sur le terrain de basketball de la bluezone de Kaloum

<< Retour

« La Bluezone de Kaloum est devenue, en quelques mois, le lieu de rencontres et d’échanges favori des jeunes de Conakry». Verbatim.

Espace de connexion internet, d’eau potable et de lumière, le terrain de basket de la Bluezone de Kaloum est devenu un véritable espace où les jeunes filles et garçons de tout âge, viennent s’exercer ou démontrer leurs talents. C’est également un lieu où se créent des relations. C’est en effet, ce qui ressort de la plupart des interventions de celles et ceux qui ont répondu à nos questions.

redimensioner

Fatoumata Saran Diallo, 16 ans, Kaloum : « Je viens jouer au basket sur la Bluezone parce que c’est un espace de rencontre entre jeunes où des relations se tissent. De plus, j’habite à proximité du site et cela me permet de rester sur le terrain beaucoup plus longtemps grâce à la lumière et la sécurité qu’offre la Bluezone. Quant au basket, je le pratique parce que c’est mon rêve. Et je souhaite en faire mon métier. »

Abraham Chérif Haïdara, 20 ans, Kaloum : « Je viens à la Bluezone pour être avec mes amis qui fréquentent tous cet espace. Je peux aussi pratiquer mon sport favori. Et je suis content d’être là. »

Oumou Khourtoumi Diallo, 14 ans, Kaloum : « Je préfère m’entraîner à la Bluezone parce que c’est proche de chez moi et c’est un bel espace de loisir. Nous y restons tard pour nous entraîner, sans même que l’on ne s’en rende compte, grâce à la lumière. Ma préférence pour le basket est due au fait que c’est le sport le plus complet. »

Sory Kaba, 20 ans, Kaloum : « Mon rêve est de devenir joueur professionnel et je pense qu’il va se concrétiser grâce à la Bluezone. Avant la construction de cet espace, je m’entraînais dans la cour de mon école ou dans la rue. Une rue qui, bien que sale, était tout le temps disputée par les footballeurs et les basketteurs. Ce terrain de basket propre, éclairé et sécurisé de la Bluezone donne réellement envie d’y jouer, contrairement aux lieux que je fréquentais avant. C’est la raison pour laquelle je ne manque pas un jour d’entraînement. Je n’hésite pas à faire venir mes amis et frères sur la Bluezone, dont je suis si fier. »

PARTAGER